Vendredi 22 mai 2020

Cas dans les CHSLD Encore des erreurs dans le bilan de Québec


Québec — Même si le premier ministre affirme que le nombre de CHSLD gravement touchés par la COVID-19 diminue, il est toujours difficile d'avoir un portrait exact de la situation. La nouvelle liste détaillant les cas recensés dans chaque CHSLD de la province publiée mardi comporte toujours son lot d'erreurs, a constaté La Presse. Le gouvernement Legault envisage par ailleurs une commission d'enquête pour faire la lumière sur la crise qui sévit dans les CHSLD, là où se produisent encore de nouvelles éclosions.

La fameuse liste du 14 mai, révisée à la demande du premier ministre, était truffée « de nombreuses disparités » et d'« incohérences dans la collection des données », a admis mardi le ministère de la Santé. « Nous travaillons présentement afin de donner les bons chiffres. Il y a effectivement de nombreuses disparités depuis quelques jours partout dans les établissements indiqués sur les tableaux. »

Si bien qu'un nouveau bilan des établissements touchés par la COVID-19 a été mis à jour en ligne en après-midi.

Or, des vérifications faites par La Presse révèlent cependant que ce dernier cumulatif contient lui aussi bon nombre d'erreurs.

En date du 18 mai, Québec évalue que 51 CHSLD ont plus de 15 % de leur clientèle qui est infectée, soit cinq de plus qu'il y a quatre jours. En comparaison avec la liste du 14 mai, on apprend que la moyenne des usagers infectés dans les 29 CHSLD « en situation critique » est passée de 18 à 35 %.

Le total de décès atteint 2236 en CHSLD (+ 85) et le nombre de cas déclarés se situe maintenant à 2388 dans 147 établissements.

Certains CHSLD ont vu leur nombre de cas de COVID-19 augmenter depuis jeudi. Au Centre d'hébergement du Boisé Sainte-Thérèse, la proportion de résidants infectés par la COVID-19 est passée de 18 % à 35 %.

Le nombre de décès confirmés au CHSLD Pierre-Joseph-Triest, dans l'est de Montréal, est passé de 26 à 40. Actuellement, 37 % des résidants y sont infectés. Au CHSLD Jeanne-Le Ber, aussi dans l'est de la métropole, le nombre de résidants atteints de la COVID-19 est passé de 80 à 94.

Les CISSS des Laurentides et de l'Est-de-l'Île-de-Montréal n'ont pu commenter la situation mardi.

Or, au moins cinq établissements qui figurent sur la liste du 18 mai présentent plus de cas de COVID-19 ou de décès que ce qui est rapporté.

Alors que la liste mentionne que 15 décès ont eu lieu au CHSLD Paul-Gouin, l'un des plus touchés actuellement par la COVID-19, un mot envoyé vendredi par le PDG du CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal, Frédéric Abergel, parle plutôt de 24 décès.

Le cas du CHSLD Vigi Mont-Royal soulève aussi des questions. Vendredi, la FIQ rapportait que 226 résidants étaient confirmés positifs à la COVID-19. Or, selon la liste publiée mardi par le Ministère, 38 patients, soit 22 % des résidants, étaient infectés dans cet établissement.

La FIQ rapportait aussi vendredi que 149 des 160 résidants du CHSLD Vigi Dollard-des-Ormeaux étaient infectés et que 67 étaient décédés. La dernière liste fait plutôt état de 39 cas actifs au CHSLD Vigi Dollard-des-Ormeaux et 32 décès.

Des lecteurs ont aussi écrit à La Presse pour faire état des écarts entre les chiffres du Ministère et la réalité sur le terrain. Un seul décès lié à la COVID-19 a par exemple été confirmé au Centre d'hébergement de la Marée, selon la liste. Mais vendredi, un mot envoyé à certaines familles ayant des proches hébergés dans cet établissement parlait de six décès au total.

Le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) a aussi dénoncé des irrégularités sur l'état de la situation dans les RPA.

Une amélioration ?

Ces chiffres, publiés après le point de presse de M. Legault, semblent en total décalage avec les propos du premier ministre, mardi. « Je pourrais vous dire, de façon générale, que le nombre de CHSLD qui ont plus de 15 % de personnes infectées a quand même pas mal diminué. C'est encourageant », a-t-il lancé.

La baisse évoquée par M. Legault s'appuie sur des indications fournies par la Santé publique lors de récentes réunions qui n'ont pas encore été comptabilisées, a précisé par la suite l'attaché de presse du premier ministre, Ewan Sauves.

Au cabinet de M. Legault, on soutient que la liste du 14 mai et celle du 18 mai ne peuvent être comparées puisque la méthode de compilation a été modifiée. 

Selon M. Sauves, le bilan du 18 mai reflète mieux la réalité.

Il faut rappeler que François Legault a demandé de retirer la liste des CHSLD touchés au début de mai puisque dans le bilan disponible pour les résidences où plus de 15 % des usagers sont infectés, il n'y avait pas eu de mise à jour des cas actifs. Il aura fallu attendre une bonne dizaine de jours pour que l'on accouche de la liste du 14 mai.

« On n'est pas à l'abri de devoir apporter d'autres ajustements », a-t-il prévenu, disant préférer publier une liste qui peut être imparfaite que de n'en publier aucune. L'intention du gouvernement est de mettre à jour quotidiennement cette liste.

Pour le président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Jeff Begley, « c'est un problème d'avoir l'heure juste sur le nombre de cas et le nombre de décès » au Québec. « Depuis le début, le Ministère a un problème à colliger les données nationales et à se mettre à jour régulièrement », a-t-il déploré.

Vers une enquête publique ?

Devant l'ampleur de la crise vécue dans les CHSLD et les résidences pour personnes âgées, François Legault envisage, à l'instar de son vis-à-vis ontarien, de tenir une commission d'enquête pour faire la lumière sur les évènements.

« Ce que je note, c'est que Doug Ford a annoncé une commission d'enquête qui ne serait pas publique et dont les travaux commenceraient seulement au mois de septembre. Nous, on est en train de réfléchir. Je l'ai dit, une fois qu'on va être en contrôle de la crise […], on n'exclut rien », a-t-il soutenu.

« On va trouver une manière d'aller au fond des choses, voir ce qui est arrivé, mais sans non plus perdre du temps, parce qu'il y a des solutions qu'on connaît déjà, qu'on veut appliquer au cours des prochains mois », a ajouté M. Legault.

Interrogé en anglais, il a précisé qu'il préférait « prendre quelques semaines supplémentaires » pour prendre « la bonne décision » et avoir « une annonce qui placerait tous les détails sur la table ». L'Ontario compte 1115 décès liés à la COVID-19 dans des établissements de soins de longue durée.

Nouvelles éclosions

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a confirmé que des éclosions avaient été rapportées dans deux établissements pour personnes âgées de la région de Québec, sans les nommer, ainsi qu'un autre dans le secteur de Côte-Saint-Luc à Montréal. « Après deux mois, les équipes savent quoi faire quand il y a une éclosion », a-t-elle dit.

« Évidemment, il faut analyser qu'est-ce qui s'est passé, et ça peut être des sources différentes d'une situation à l'autre », a ajouté la ministre. Le Dr Horacio Arruda a cité en exemple un travailleur asymptomatique ou un visiteur dans un milieu « semi-fermé », notamment, comme une source potentielle de contamination.

« Il va y avoir des cas dans les CHSLD. Ce qui va être important, c'est de les contenir le plus rapidement possible et de mettre en pratique les applications. Les équipes dédiées et les équipes de [prévention des infections] vont jouer un rôle majeur », a-t-il expliqué.

« Mais de vous dire que c'est impossible que ça ne rentre dans aucun CHSLD, je pense que c'est difficile », a ajouté le Dr Arruda.